Naissance de la galaxie NextGEN’

Bonjour à tous,

Pour ce premier article, je vous propose un tour d’horizon du générateur de galaxie de FG Nextgen’.

La théorie

La galaxie est composée de trois couches (comme un oignon) :

  • Le noyau, une zone au centre de la galaxie dans laquelle tous les nouveaux inscrits arrivent, quelque soit leur faction. Dans cette zone, les flottes sont limitées à une puissance de 1.000 (la limite la plus faible dans Nextgen’), les combats entre joueurs sont interdits et les temps de trajets sont très rapides.
  • La couronne ceinture le noyau. Les combats entre joueurs sont également interdits dans cette zone, et on y trouve des secteurs dont la limite de puissance varie de 2.500 à 1M (le maximum, * voir ci-dessous).
  • Enfin, on trouve la bordure à l’extérieur de la galaxie. Les combats entre joueurs y sont autorisés, et la limite de puissance varie de 2.500 à 1M.

Pour relier tous ces secteurs, on pourra emprunter des portes stellaires : à partir d’une porte stellaire on peut sauter vers n’importe quelle autre porte stellaire de la galaxie en 6h, quelque soit la distance. On peut ainsi traverser toute la galaxie en un temps raisonnable.

* Les limites de puissance sont rééchelonnées pour regrouper les zones de jeu (et donc concentrer les combats entre joueurs) :

  • 1 000
  • 2 500
  • 5 000
  • 10 K
  • 25 K
  • 50 K
  • 100 K
  • 250 K
  • 500 K
  • 1 M

La pratique

Les règles sont définies, il est temps de s’attaquer au générateur ! Pour commencer, nous allons générer plein de bulles dans un gros cercle. Chaque bulle est une zone qui regroupe un ou plusieurs secteurs proches.

Galaxie bulle

C’est un bon début ! Appliquons le même principe à chaque bulle : on génère plusieurs petites bulles dans chaque grosse bulle. L’idée est de relier les grosses bulles par des routes hyperspatiales longues, et les petites bulles par des routes hyperspatiales courtes.

Galaxie petites bulles

La belle bleue 🙂 Maintenant on ajoute un secteur dans chaque petite bulle. Il vous semblera peut-être inutile d’avoir généré des petites bulles si c’est juste pour mettre un secteur dedans – et vous avez raison. La raison est qu’au départ les bulles étaient toutes beaucoup plus grandes, et il pouvait donc y avoir plusieurs secteurs dans une même petite bulle. Le but était d’avoir 3 durées pour les routes hyperspatiales : longues (entre grosses bulles), moyennes (entre petites bulles), et courtes (entre secteurs d’une même petite bulle). Finalement j’ai simplifié les choses en supprimant le niveau intermédiaire. Le résultat :

Galaxie secteurs

Comme nous l’avons vu au départ, la galaxie est composée de 3 couches : le noyau, la couronne, et la bordure. Par ailleurs, la limite de puissance augmente progressivement dans le noyau et la couronne. Nous allons donc générer notre galaxie en plusieurs morceaux : d’abord le centre, puis la couronne, puis la bordure. Chaque morceau est ensuite découpé en 10 parts, pour chaque niveau de puissance. On garde toujours le même principe : des grosses bulles, qui contiennent des petites bulles, qui contiennent des secteurs.

Galaxie oignon

JcE signifie Joueur Contre Environnement (désigne les zones où les combats entre joueurs sont interdits), JcJ Joueur Contre Joueur. Notez que la zone avec la limite de puissance maximale (en rouge) occupe deux fois plus d’espace que les autres – car les joueurs de haut niveau s’y concentreront une fois le niveau maximal atteint ; et la limite de puissance la plus faible ne se trouve que dans le noyau. (NB : les petites bulles ne sont plus affichées car pas utiles.)

Il ne reste plus qu’à relier les secteurs entre eux par des routes hyperspatiales. Tous les secteurs d’une même bulle sont reliés par des routes courtes (10 sec, en gris), et les bulles sont reliées entre elles par des routes longues (1h, colorées). On ne relie que les secteurs de même puissance, et on sépare les 3 couches (noyau / couronne / bordure).

Galaxie cercle

Cela donne de bons résultats, mais au niveau de la forme, avouez que ça ressemble plus à un gros gâteau qu’à une galaxie ! Pour faire pousser des « bras » à notre galaxie, nous allons générer les bulles de la bordure dans une forme de cône (au lieu d’une forme en arc de cercle).

Galaxie étoile

Notez la mise en abîme : des étoiles en étoile ! Enfin, on applique une torsion sur les bras de l’étoile : plus une bulle est éloignée du centre de la galaxie, plus la torsion appliquée est importante.

Galaxie torsadée

Voilà qui ressemble davantage à une galaxie. Il ne reste plus qu’à générer les portes stellaires. Elles doivent être réparties de manière homogène sur toute la galaxie. On en génère 4 sur le long de chaque bras, 3 dans chaque partie de la couronne, et 5 dans le noyau.

Galaxie finale

Et voilà !

Dans le prochain article, je détaillerai la génération d’un secteur.

4 réflexions sur “ Naissance de la galaxie NextGEN’ ”

  1. popir sur

    Ce premier article est captivant et simple au niveau de l’explication : bonne pédagogie.
    Beau travail des développeurs. Merci d’avance pour ce qui va suivre…

  2. Ping : Les curiosités galactiques : la porte stellaire - Blog - Fallen Galaxy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *